DIGITALE ANIME
DIGITALE ANIME

World of Warcraft: Shadowlands Review

World of Warcraft: Shadowlands Review

World of Warcraft: Shadowlands ne réinvente pas la roue MMORPG, mais c’est la plus innovante extension que la franchise ait été depuis un certain temps oui depuis litch-king.

World of Warcraft: Shadowlands Review
Il aurait été facile pour World of Warcraft: Shadowlands de fléchir sous le poids du contenu auquel il s’attaque, ou bien sous la pression des attents des fan ou plus encore la barre qu’ils voulais visais.

Que ce soit une direction d’histoire ambitieuse impliquant de nombreux personnages emblématiques ou le redémarrage mécanique du système de mise à niveau du jeu, Shadowlands concerne une chose: le changement.

Le MMORPG de Blizzard fonctionne depuis 16 ans et ça compte, et au fil du temps, il a évolué à travers différentes itérations de l’expérience de jeu et du monde dans lequel il habite.

Shadowlands est l’une des extensions les plus ambitieuses de World of Warcraft.

Il y a des moments où je me sens un peu dépassé par tous ses systèmes de progression complexes et imbriqués.

Quand je ne cherche pas à agrandir mon sanctuaire Covenant essentiellement mon QG, j’explore sa nouvelle zone de fin de partie sombre et dangereuse ou j’escalade les étages sans fin de Torghast, l’excellent donjon de Shadowlands qui est fondamentalement un roguelike autonome.

Et puis il y a le grind familier des quêtes mondiales, des donjons et de la poursuite des trésors cachés comme de nouvelles montures.
C’est beaucoup de choses à garder au courant et parfois un peu trop familier, mais une grande partie de la phase finale de Shadowlands est suffisamment variée et inventive pour que les choses restent amusantes.

Cela ne gagnera peut-être pas les joueurs fatigués qui se sont éloignés au fil des ans, mais Shadowlands est le meilleur que World of Warcraft ait été depuis longtemps.
Shadowlands porte la lourde responsabilité de compenser les frustrations du chapitre précédent de World of Warcraft.

De la même manière que Legion a dû reconquérir ses fans après le désastre de Warlords of Draenor, Shadowlands est chargé de rattraper le travail fastidieux et compliqué de Battle for Azeroth.

World of Warcraft: Shadowlands ReviewJe commence vraiment à me lasser de ce schéma cahoteux, ascendant et descendant des bonnes et mauvaises extensions de World of Warcraft.
Cependant, Shadowlands apporte d’énormes améliorations par rapport à Battle for Azeroth.

Il n’y a plus de mouture infinie à chasser à bout de souffle.

Il n’y a pas de système d’armure opaque comme l’armure azérite pour aspirer la joie d’obtenir ce butin convoité d’un boss de donjon.

Et, mieux encore, beaucoup d’aléatoire a été recomposé en faveur du choix du joueur.

Au lieu de passer des semaines à prier pour qu’un objet légendaire spécifique et tout-puissant ne soit abandonné que pour en obtenir un qui ne me sert à rien, je peux cultiver les matériaux pour celui que je veux et le construire moi-même.

Cet accent mis sur le choix des joueurs est le plus évident dans les Alliances, qui sont fondamentalement différentes maisons de Poudlard si ces maisons étaient chacune une vie après la mort distincte où les âmes sont envoyées vivre pour toute l’éternité.

vous avez Maldraxxus, un paysage d’enfer cauchemardesque de vert où les armées de Necrolord se battent dans le théâtre de la douleur.

Cela bat assurément la contemplation silencieuse comme ces idiots à la peau bleue de Bastion, cependant.
Une fois que les joueurs ont terminé l’histoire et ont atteint le niveau 60, ils devront choisir l’un de ces quatre pour rejoindre.

Chacun offre non seulement une campagne différente de fin de partie, mais deux capacités uniques et très puissantes, des ensembles d’armures, des montures et même des activités secondaires amusantes comme un jardin d’âmes à entretenir ou une forge où vous pouvez assembler vos propres abominations.

C’est l’une des plus grandes décisions dans World of Warcraft depuis le choix de race et de classe.
S’inscrire avec le Venthyr signifie que j’obtiens Door of Shadows, qui me permet de me téléporter à 35 mètres, en passant devant des monstres ou à travers des gouffres autrement infranchissables.

Si je m’étais inscrit avec les anges de Bastion, qui ne sont certainement pas aussi vertueux qu’ils le paraissent au premier abord, j’aurais la possibilité de faire appel à un mignon petit hibou steward qui peut me servir des boissons améliorant les statistiques, jouer une chanson, ou faire une douzaine d’autres tâches qui me profitent de différentes manières.

Le changement a nécessité, au moins pour certains, l’existence de World of Warcraft: Classic et les modifications Shadowlands fait le mix de l’une des expériences en ligne les plus importantes jamais créées ont une portée suffisamment grande pour marquer un écart similaire par rapport aux attentes.
C’est un World of Warcraft revigoré dans lequel les joueurs seront engagés après l’extension, et cela ressemble à un ajout qui regorge encore de promesses, même après que les aventuriers se sont habitués à ses changements radicaux.

Bien que certains éléments de World of Warcraft: Shadowlands aient du mal, la plupart de ces problèmes sont des problèmes généraux dont la plupart des jeux n’ont jamais à se soucier et le reste de l’extension est passionnant.

World of Warcraft: Shadowlands ReviewDans l’ensemble, World of Warcraft: Shadowlands évite les écueils des extensions récentes et au milieu d’un changement turbulent dans la philosophie de conception, parvient à rétablir le jeu comme un jeu qui vaut la peine de s’enfoncer des dizaines d’heures.
Pour ceux qui n’ont pas suivi l’ histoire de World of Warcraft, Shadowlands représente l’aboutissement des intrigues infâmes de Sylvanas Windrunner.

Après avoir brisé le voile entre les royaumes des vivants et des morts, Azeroth est peut-être confronté à son plus grand défi et à tout le moins, à la chance de visiter un paysage entièrement nouveau, avec de nouvelles races, des préoccupations politiques et construction du monde.

Certains, comme le Kyrian, ne se sentent pas particulièrement innovants étant donné leur ressemblance avec le Vrykul, mais d’autres, comme les Stewards, sont un excellent ajout à World of Warcraft.

De même, certains domaines prospèrent plus que d’autres, car Bastion souffre d’une fade particulière dans sa narration qui semble surprenante étant donné à quel point des zones beaucoup plus engageantes comme Ardenweald et Revendreth.
Compte tenu de l’attention portée aux zones Shadowlands avant le lancement, ce fut une surprise de découvrir que toute l’histoire de World of Warcraft: Shadowlands est essentiellement linéaire.

Les joueurs sont canalisés à travers des zones sans pouvoir choisir dans lequel commencer, ce qui signifie que Bastion est le point de départ pour tout le monde, quel que soit leur intérêt pour les anges bleus.

Bien que la décision de mettre les joueurs sur des rails contraste fortement avec la façon dont les extensions précédentes ont abordé le nouveau contenu, cela fonctionne exceptionnellement bien ici.

L’histoire commence avec un bang mais s’installe rapidement dans une expérience de mise à niveau tellement sur rails et dépourvue de tout risque réel qu’elle finit par se sentir pénible.

Alors que je m’aventurais dans chacune des quatre nouvelles zones, je me sentais rarement interpellé ou excité par les tâches qui m’attendaient.

C’est beaucoup d’aller à un endroit, de cliquer sur des choses, de tuer d’autres choses, puis de rester assis pendant une minute ou deux pendant que les personnages me parlent avant que je ne passe à l’objectif suivant pour le répéter.

L’histoire se développe et se transforme en rythmes plus intéressants qui ne sont rendus possibles que grâce aux connaissances de base établies dans les zones que Blizzard connaît tout le monde visitera en premier.

Cela signifie que les zones plus tard dans l’arc du jeu, comme Maldraxxus, n’ont pas besoin de répéter les explications de base sur le fonctionnement des Shadowlands et de ses figures centrales.
Garder les joueurs en mouvement dans chaque zone fait également de la mise à niveau une expérience fluide.

Comme le squish de niveau de World of Warcraft qui a précédé l’extension, Shadowlands a l’ intention de donner aux joueurs une progression plus facile à suivre et plus agréable à travers le contenu, et cela réussit.

Chaque zone présente de nouveaux ennemis, de nouvelles séries de quêtes et un changement environnemental passionnant, tout comme les extensions précédentes, mais elles sont tellement mieux conçues pour s’appuyer sur la connaissance du jeu d’un joueur.

Les ennemis ont des mécanismes légèrement plus difficiles, par exemple, dans des zones comme Revendreth, tandis que Bastion se sent particulièrement amical rétrospectivement tandis que les joueurs ont le pied marin dans le royaume des morts.
La variation de quête est également essentielle, et Shadowlands équilibre peut-être mieux que toute autre extension avant elle.

Alors que les quêtes incontournables « tuer x faune » et récupérer, elles sont dispersées par une grande variété d’autres, et complétées par des quêtes mondiales qui servent de naturel extensions de ce que les joueurs faisaient déjà.

World of Warcraft: Shadowlands ReviewUne fois de plus, la décision de rendre Shadowlands linéaire a contribué à rendre les quêtes plus acceptables, établissant des relations non seulement avec les héros aidant un hibou à reconstruire son robot, mais aussi avec l’histoire dans son ensemble.
La conception de classe ressemble également à quelque chose qui a atteint un excellent point d’équilibre dans Shadowlands, bien que cela soit évidemment testé lorsque les joueurs atteindront la fin de la partie et commenceront à parcourir tout ce qui les attend dans le futur.

Dans tous les donjons qui se déroulent le long du chemin menant au point culminant du récit principal de lancement de Shadowlands , aucune classe ne s’est sentie dramatiquement sur ou sous-alimentée, ce qui s’est traduit par une expérience agréable.

Il est probable que cela ne tiendra pas, car les joueurs dévoués sont excellents pour pousser sur les bords du design jusqu’à ce que quelque chose se brise, mais au moins, chaque classe a une base stable, quel que soit l’endroit où elle se situe dans un certain point méta pour le contenu compétitif.
Des éléments plus centrés sur Shadowlands , tels que le système Covenant, impressionnent également, aidant l’identité du joueur à continuer à varier au-delà des simples choix de classe et de talent.

Le nivellement dans World of Warcraft moderne est tellement insensé qu’il aspire la tension de l’histoire.
L’écriture elle-même n’est pas le problème mais les événements bougent trop vite et les personnages ont si peu de place pour respirer que je n’ai jamais la chance de vraiment les connaître.

Il y a beaucoup de longs discours et de vidages d’informations, mais peu de choses qui me font me sentir émotionnellement investie dans l’histoire. Je vais regarder une cinématique dramatique qui déclenche un combat de gros boss.
La seule exception est la zone d’Ardenweald, une forêt cosmique enchanteresse qui se dessèche lentement.

Il y a une tristesse tangible dans cette zone, mais une grande partie du poids émotionnel de son histoire est présentée dans une cinématique animée facultative de six minutes que Blizzard a publiée il y a trois mois en tant que marketing.
Cela me fait me demander pourquoi j’ai même besoin de niveler mon personnage à ce stade.

Au tout début de World of Warcraft, le voyage en était la raison.

Chaque niveau se sentait gagné.

Mais niveler dans World of Warcraft moderne est tellement insensé qu’il aspire la tension de l’histoire, rendant chaque moment où je suis obligé de m’arrêter et d’écouter une autre exposition est un peu douloureux.

Shadowlands est tellement plus intéressant quand il faut moins est plus d’approche.

Cela étant dit, il y a des gagnants assez clairs en termes de pactes au lancement, et la plupart des joueurs semblent satisfaits de s’en tenir aux quelques-uns qui conviennent le mieux aux classes respectives.

Certains travaux sur la diversification des sélections d’alliances ou la conception de développements identitaires plus intéressants et amusants pourraient grandement contribuer à rendre le système différent des éléments basés sur la progression précédents trouvés au cours des dernières extensions.

Les alliances sont une expérience post-nivellement dans Shadowlandsla première fois, mais cela fonctionne bien, ce qui incite encore plus les abonnés à continuer à jouer une fois que la barre XP cesse d’être pertinente.

Les personnages ultérieurs peuvent également sauter dans les alliances plus tôt, ce qui est tout à fait le bienvenu.
Soulbinding donne aux joueurs plus de personnalisation même après la fin du nivellement, approfondissant davantage les options pour les min-maxers et les théoriciens.

Torghast ajoute également une nouvelle tournure au contenu de World of Warcraft , et ce qui est intéressant, bien que l’on ne sache pas quel type de longévité est présent pour le structure comme une mise en œuvre à long terme.
Torghast est un étrange hybride entre un jeu de construction de deck et un donjon traditionnel de World of Warcraft avec quelques autres influences saupoudrées pour faire bonne mesure, et à première vue, c’est fascinant.

Sans surprise, World of Warcraft: Shadowlands est magnifique et possède une bande-son tout aussi convaincante.

Entre la série animée Afterlives et les remixes lo-fi de la musique du jeu, il était à peu près supposé que l’extension offrirait d’excellents graphismes et sons, et Shadowlands ne déçoit pas.

Les vivids de Bastion et Ardenweald équilibrent à merveille la morosité de Maldraxxus et la morosité de Revendreth, et les nouveaux personnages respirent le même type de personnalité et de charme que les zones qui les engendrent.
S’il y a des défauts dans World of Warcraft: Shadowlands , ce sont pour la plupart ceux qui existaient avant son lancement et semblent semer la discorde, quelle que soit la façon dont ils sont traités.

Certaines personnes adorent la direction que World of Warcraft a prise avec l’accessibilité, et Shadowlands est plus ou moins la même chose.

Cela se fait au détriment de tous les défis réels lors de la mise à niveau et un jeu final qui donne toujours l’impression qu’il manque une identité.

Ce n’est en aucun cas une mise en accusation de l’ expérience post-nivellement de Shadowlands , mais quelque chose qui doit être surveillé car Blizzard s’appuie sur une base solide de fin de jeu et définit ce qui viendra avec Shadowlands.correctifs et mises à jour de contenu maintenant que l’extension est en ligne.
À vrai dire, cela ressemble toujours un peu trop à prédire l’avenir lorsque l’on discute de la fin du jeu lors du lancement d’une extension MMORPG.

Il y a trop de variables à considérer, sans parler du fait que les commentaires des joueurs ont tendance à façonner les plans post-lancement et à changer ce qui existait déjà en plus de cela.

Cela mis à part, l’expérience de base de World of Warcraft: Shadowlands est celle qui reprend l’attrait de Wrath of the Lich King tout en préservant l’accessibilité de Battle for Azeroth.

Avec autant de changements gigantesques dans la façon dont World of Warcraft est vécu, Shadowlands se sent comme le point de départ.

+
– Des visuels magnifiques
– Un scénario riche pour les anciens et les nouveaux fans
— Le combat manque d’impact
– Peu de motivation pour jouer au-delà du niveau 60

World of Warcraft: Shadowlands Review
  • 9.5/10
    Histoire - 9.5/10
  • 8.5/10
    Gameplay - 8.5/10
  • 8/10
    Graphics - 8/10
  • 8/10
    Durée De Vie - 8/10
8.5/10

World of Warcraft: Shadowlands Review

World of Warcraft: Shadowlands ne réinvente pas la roue MMORPG, mais c’est la plus innovante extension que la franchise ait été depuis un certain temps oui depuis litch-king.

Il aurait été facile pour World of Warcraft: Shadowlands de fléchir sous le poids du contenu auquel il s’attaque, ou bien sous la pression des attents des fan ou plus encore la barre qu’ils voulais visais.

Que ce soit une direction d’histoire ambitieuse impliquant de nombreux personnages emblématiques ou le redémarrage mécanique du système de mise à niveau du jeu, Shadowlands concerne une chose: le changement.

Le MMORPG de Blizzard fonctionne depuis 16 ans et ça compte, et au fil du temps, il a évolué à travers différentes itérations de l’expérience de jeu et du monde dans lequel il habite.

Shadowlands est l’une des extensions les plus ambitieuses de World of Warcraft.

About

Chief Editor & Director General of @Digitaleanime | Pop Culture web journalist | Video director | speaker |Event Manager Graduated in marketing and topography I world explorer I Pop Culture piece collector

POST YOUR COMMENTS

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CITATION DU MOMENT !

Are you ready now to witness a power not seen for thousands of years? _ Majin Vegeta

Listed On