DIGITALE ANIME
DIGITALE ANIME

SCOTT PILGRIM VS THE WORLD: THE GAME REVIEW

SCOTT PILGRIM VS THE WORLD: THE GAME REVIEW

Y a-t-il déjà eu un lien de jeu qui a réussi à capturer l’esprit de son sujet aussi fidèlement que Scott Pilgrim vs The World: The Game une question très impertinente.

SCOTT PILGRIM VS THE WORLD: THE GAME

Ce beat-em-up et le personnage partagent beaucoup de choses en commun après tout.

Ils sont tous les deux assez rebutants au départ, car vous essayez de voir le bien en eux, avant de changer lentement votre opinion malgré quelques décisions extrêmement discutables qu’ils prennent.

La seule vraie différence est que Scott est peut-être un meilleur bagarreur qu’un musicien, mais le contraire est vrai pour le culte 16 bits d’Ubisoft.

Scott Pilgrim vs. The World : The Game célébrait au cours de l’été 2020 son 10ème anniversaire.
Ce Beat’em Up édité par Ubisoft et Universal Games était à l’origine une adaptation du comics canadien “Scott Pilgrim” de Bryan Lee O’Malley, un comics également adapté en film la même année et réalisé par Edgar Wright.
En suivant les rythmes de la série de romans graphiques et du film, vous et jusqu’à quatre amis pouvez choisir parmi une poignée de personnages pour chasser la morve éternelle de la bande étonnamment nombreuse.

Une fois arrivé à la fin de chaque niveau, vous aurez à vaincre un ex-petit ami diabolique du nouvel amant de Scott, Ramona Flowers, dont les pouvoirs vont du mystique « Matthew Patel » au Vegan « Todd Ingram ».

SCOTT PILGRIM VS THE WORLD: THE GAMEScott Pilgrim vs. The World : The Game était un Beat’em Up 2D généreux en contenu, visuellement et techniquement maîtrisé.
Ses graphismes en pixel art, ses animations 8-bits et son profond respect pour le comics d’origine ont grandement participé à la bonne réputation du titre en 2010.
Le gameplay n’était pas en reste en mêlant habilement système de combat percutant, difficulté relevée et mécaniques RPG, essentielles pour accentuer ce sentiment de progression ainsi que de montée en puissance des différents personnages.

Comme constatable, l’intrigue du roman graphique jette les bases parfaites d’un beat-em-up à l’ancienne, et c’est un sur lequel ce jeu s’appuie de manière tremblante.

Quel que soit le personnage que vous choisissez au départ vous avez le choix entre Scott, Ramona, Stephen Stills, Kim Pine et les extras DLC inclus dans Wallace Wells et Knives Chau a le même jeu de mouvements de base et les mêmes statistiques, que vous augmentez de niveau en battant les chumps et acheter des améliorations de statistiques dans les magasins disséminés dans les endroits où vous vous promenez.

Au départ, le roster du titre d’Ubisoft et Universal Games comptait seulement 4 héros dans ses rangs « Scott Pilgrim, Ramona Flowers, Stephen Still et Kim Pine » avant d’être rejoints plus tard par Knives Chau « ex de Scott » et Wallace Wells « colocataire de Scott » via des contenus additionnels.

La Complète Edition, quant à elle, regroupe dès sa sortie les 6 combattants cités précédemment, et conserve fort heureusement l’intégralité des contenus annexes dont les modes de jeu bonus « Extermination des Boss, Survival Horror, Battle Royale et Balle au Prisonnier » qui ont en leur temps animé les soirées des amateurs de baston.
C’est un système rudimentaire qui veut ajouter de la profondeur à l’expérience, ce qu’il fait finalement, mais non sans introduire une bonne quantité de broyage pour commencer.

SCOTT PILGRIM VS THE WORLD: THE GAMEScott Pilgrim vs. The World : The Game – Complete Edition est jouable de 1 à 4 joueurs localement et en ligne « Day One ».

Le principal problème vient de ce que votre combattant peut et ne peut pas faire au début de la partie.

Alors que vous espérez une évolution naturelle de vos pouvoirs pour affronter tous les venus, au lieu de cela, les premières heures semblent comme si vous vous battez avec une main attachée dans le dos, vous forçant à traverser les niveaux afin que vous puissiez obtenir des capacités qui améliorent considérablement votre chances.

Et même une fois que vous avez débloqué les différentes capacités de votre combattant, vous devez ensuite investir de l’argent dans l’amélioration de ses statistiques pour avoir une chance à certains des niveaux ultérieurs.

Ajoutez une imprécision générale à la façon dont les personnages gèrent – ramasser des armes est imprévisible, les sections de plate-forme sont heureusement rares parce que votre personnage se déplace à la vitesse d’une personne estropier et les premières impressions, en particulier pour les nostalgiques comme moi, sont des souvenirs très teinté de rose.
Heureusement, conserver avec la mouture révèle une expérience plus engageante.

Une fois que vous avez débloqué quelques mouvements supplémentaires et rendu Scott un peu plus difficile et « meilleur, plus rapide, plus fort », le plaisir commence.

Qu’il s’agisse de jongler avec des ennemis en l’air, de sauter sur la tête ou simplement de les jeter hors du bord des scènes, c’est un système de combat qui cache une joie hyperactive après que vous y ayez consacré un peu de temps.

Avec des niveaux conçus pour être rejoués ou affrontés avec une bande de potes avec une coopération hors ligne et en ligne, il y a aussi une joie palpable de revenir pour écarter des ennemis qui vous ont autrefois donné des tonnes de chagrin.
Bien que ces moments de contrôle des foules puissent être extrêmement divertissants, si vous espériez que les patrons du jeu proposeraient un examen approprié de vos compétences, préparez-vous à être légèrement déçu.

Pour un jeu sur la lutte contre 7 ex maléfiques, vous pouvez vous attendre à des combats de boss mémorables, mais les gros méchants de Scott Pilgrim fonctionnent en raison de leur épanouissement visuel et audio – de Lucas Lee attrapant une planche à roulettes ou une étape particulière du combat de Gideon Graves qui ressemble à quelque chose sur un film de Corenberg – au lieu des combats réels.

À bien des égards, cela résume pourquoi Scott Pilgrim vous tient réellement accro.
Cette réédition de 2021 profite également du surplus de puissance actuel pour s’offrir le meilleur affichage ainsi que le meilleur framerate possibles.
Sur les machines les plus puissantes, la 4K à 60 images/seconde met en lumière le travail minutieux des artistes ainsi que les nombreux affrontements qui ponctuent la quête de Scott.
Quant à la Nintendo Switch, elle n’a pas à rougir de sa performance.

Le contraire aurait été étonnant.

Vous voyez, malgré les frustrations liées au combat du jeu, cela pourrait bien être l’un des liens les plus bien réalisés.

Le style artistique 16 bits capture presque parfaitement le ton des bandes dessinées, aux côtés de l’humour des bandes dessinées.

Les références à l’écran Overworld de Mario font rire, tandis que regarder un objet spécial disparaître devant le visage de Scott va faire rire les fans.

De même, la bande-son chiptune du jeu sonne comme si elle avait été enregistrée pour un jeu Nintendo inédit et apparaissait de manière transparente par-dessus, ce qui la rend aussi merveilleuse et mémorable que n’importe quelle mélodie rétro que vous avez entendue.
C’est fondamentalement l’un de ces rares cas où vous serez prêt à combattre vos appréhensions juste pour profiter du chic nerd proposé. Et étant donné que ce remaster vous donne une chance de découvrir le jeu complet ainsi que chaque élément de contenu qui a été publié pour lui avant qu’il ne soit retiré de la liste, il s’agit sans aucun doute d’une vente facile pour les fans.

Cela étant dit, il est difficile de recommander sans réserve Scott Pilgrim aux simples curieux.

Il s’agit beaucoup plus d’un message direct au amateur des styles pixélisée aux obsessionnels de la série ou d’un type très spécifique de beat-em-up de l’ère 16 bits, et de prétendre que d’autres seront capables de supporter certaines des touches délibérément anchrasotiques du jeu en raison de la façon dont bonne la bande originale d’Anamanaguchi ou le fait que Joseph des bandes dessinées puisse être repéré en arrière-plan est probablement un peu malhonnête.

Scott Pilgrim vs. The World : The Game perdrait indubitablement de son aura sans sa BO considérée à raison par les mélomanes comme l’une des plus marquantes de la septième génération et qui a fait un beau retour dans l’actuel.
Mais soyons honnêtes par ce que si vous êtes pas fan de style de jeu ou vous avez jamais expérimenter le style 8-6-16 bits vous aurais un tres grand mal a accrocher avec celui la.

Date de sortie 14 janvier 2021
Plateforme (s) PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch et Google Stadia
Développeur / Éditeur Ubisoft

Scott Pilgrim vs The World: The Game, Scott Pilgrim vs The World: The Game, Scott Pilgrim vs The World: The Game, 

SCOTT PILGRIM VS THE WORLD: THE GAME REVIEW

0.00
8

Graphique

8.0/10

Histoire

7.5/10

Game Play

9.0/10

Durée De Vie

7.5/10

Pros

  • La bande sonore
  • Le style pixel art s'adapte parfaitement
  • Jouable de 1 à 4 joueurs "en local et en ligne"
  • Un roster de combattants au complet "6 personnages"
  • Adaptation respectueuse
  • Gameplay très immersif pour ce style de jeu

Cons

  • Mouvement imprécis
  • Une difficulté trop relevée à même de décourager les joueurs les moins acharnés
  • L'absence de réelles nouveautés
About

Chief Editor & Director General of @Digitaleanime | Pop Culture web journalist | Video director | speaker |Event Manager Graduated in marketing and topography I world explorer I Pop Culture piece collector

POST YOUR COMMENTS

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CITATION DU MOMENT !

Are you ready now to witness a power not seen for thousands of years? _ Majin Vegeta

Listed On